Bonne Année !
  

Bonne Année !

Matara, Sri Lanka le 13/04/2016

 

Mirissa, le 13 avril 2016,

Bonne Année !

(albums : Bentota et Matara/Mirissa)

Aujourd’hui c’est la veille de l’Aurudu, le nouvel an Bouddhiste au Sri Lanka, on aura donc fêter 2 fois Nouvel An cette année, et de la même manière (ou presque) : on est allé manger une pizza J.

  

Donc aujourd’hui c’était férié et demain aussi, ainsi que le 21, jour de Poya, la pleine lune.  Le Sri Lanka est le pays des jours fériés, il faut le savoir et ne pas oublier de l’intégrer dans son planning …

Le nouvel an correspond à la date à laquelle le soleil est pile au dessus du Sri Lanka, c’est donc la période de l’année la plus chaude et cette année, d’après les locaux, il fait particulièrement chaud … On ne vous cache pas que c’est assez dur à supporter …

 

Mais avant tout cela, il s’est passé quand même pas mal de choses pour nous.

 

Tout d’abord nous sommes allés en Australie, ce n’était pas prévu initialement.  Bon on y est resté une heure, le temps d’une escale, on ne comptera pas ce pays au nombre de ceux visités.  Ni Dubaï, plusieurs heures plus tard, il est certain que ce n’est pas ce genre de pays que l’on visiterait de toute façon.

 

Ensuite en arrivant à notre hôtel à Negombo, petite ville à ½ heure de l’aéroport, on s’est rendu compte qu’il s’était passé 33H entre le moment où on prenait la navette pour nous rendre à l’aéroport d’Auckland (après avoir abandonné Fransix à son triste sort de camping car de location) et celui où on posait nos valises dans notre chambre ! On a alors décidé de faire une petite sieste.  On s’est réveillé 12H plus tard !

 

Comme c’est la période du Nouvel An, on a préféré éviter Colombo et les transports en commun surchargés.  C’est donc en taxi que nous sommes allés de Negombo à Bentota, notre première vraie étape au Sri Lanka.

Et là surprise : on a pris l’autoroute ! Elle a ouvert en 2014, le pays se modernise …

 

Arrivés à Bentota, nous avons commencé à prendre la mesure du décalage avec la Nouvelle Zélande que l’on venait de quitter : chaleur (très grosse chaleur) et humidité tropicale, eau potable à gérer et aussi perte d’autonomie dans les déplacements car ni Cassix, ni Fransix sont avec nous.

Ah au fait, Cassix est bien rentré en France, il ne va pas tarder à regagner ses pénates et nous attendre bien sagement (au passage, merci à Yvan, Karine, Franck, Daniel et Agnès d’avoir pris soin de lui et à Isabelle et Laurent d’avoir été plus efficaces que la poste panaméenne, en même temps ce n’est pas dur …).

 

 

Mais pour les petits déplacements, pas de problème ici, il suffit de prendre un tuk-tuk, enfin plutôt 2 car ils ne veulent pas nous prendre les 6, ils seraient sûrs d’avoir des problèmes avec la police …

 

 

A Bentota, il y a des fermes de ‘’sauvegarde’’ des tortues.  On est allé en visiter une.  La démarche est contestable car en fait ils achètent les œufs que des braconniers ont ramassés et ils les font éclore avant de relâcher les bébés sur la plage la nuit où ils prennent la direction de la mer.  Il serait peut être plus logique d’empêcher les gens de ramasser les œufs et de protéger les plages, mais ce n’est pas ce qui est fait.

 

 

 

Outre les bébés tortue nés dans la nuit, on a pu aussi voir quelques tortues qu’ils soignent dans ce centre, avec toujours pour objectif de les relâcher dans la nature. 

 

 

Après la visite, on a repris les tuk-tuks, direction la plage ! Une belle plage …  et nous nous sommes baignés dans notre 3ème océan depuis notre départ.  Il ne nous en manque plus que 2 mais ils sont un peu froids, pas sûr qu’on s’y baigne …

 

 

 

Pour aller dans notre 2ème ‘’Ville Etape’’, Mirissa, on prendra le train, mais comme c’est période de nouvel an, il a fallu réserver la veille et payer plein tarif pour tout le monde en 1ère classe tellement c’était bondé.

 

Attention, quand on dit 1ère classe, c’est de la vraie 1ère classe, avec la clim et le Wifi … ça ne vaut pas la Business d’Emirates mais ce n’est pas trop mal.

 

A la gare de Mirissa, il a fallu négocier les tuk-tuk pour aller à l’hôtel, car il nous en faut 2 et comme c’est une petite gare il n’y en avait pas beaucoup, la concurrence était rude entre les touristes pour avoir son tuk-tuk ! Finalement le nôtre a fait 2 allers-retours.

Cette fois ci, notre ‘’guest house’’ est toute proche de la plage et des commerces, on peut y aller à pied.  Encore une belle plage, une des plus belles de notre voyage, et pourtant on en a fait …

 

 

A Mirissa, on peut en théorie voir des baleines toute l’année, et il y a une multitude de bateaux qui proposent des sorties en mer avec la garantie d’en voir et de voir aussi des dauphins.

De bon matin, nous voici donc dans un ‘’gros’’ tuk-tuk (on pouvait y aller tous les 6), traversant le port de Mirissa, dans la cohue des autres touristes allant aussi voir les baleines, mais surtout du marché au poisson haut en couleur et en odeur qui se tient sur les quais au déchargement des bateaux.

 

 

 

 

Après avoir embarqué, mis notre gilet de sauvetage (c’est du sérieux) et rien mangé (on vous laisse deviner pourquoi), nous voilà partis pour 5 heures de navigation en pleine mer à la recherche des baleines … et notre bateau était loin d’être le seul.

 

Au final, on aura vu des dauphins, beaucoup de dauphins, 3 petites baleines qui n’étaient pas des baleines bleues et aperçu quelques souffles que l’on n’a jamais pu rejoindre.  Déçus ? Un petit peu mais on a passé une belle matinée en mer, il faisait beau, personne n’a été malade …

 

 

 

Et l’après midi ? plage ….

Et le lendemain ? plage … et nouvel an !

Trop dure la vie …

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Sri Lanka