Au pays de Kandy
  

Au pays de Kandy

Kandy, Sri Lanka le 25/04/2016

 

Kandy, le 25 avril 2016,

Au pays de Kandy, comme dans tous les pays …

(albums : Haputale, Kandy, + videos)

C’est bon, on maîtrise le train au Sri Lanka.  Il y a 2 possibilités : avec et sans réservation.

Pour réserver, il faut venir au moins la veille, et réserver sa place et payer plein pot comme si vous faisiez le trajet de la ligne au complet, et le jour venu vous êtes assuré d’avoir votre place assise.  Sans réservation, vous faites la queue au guichet qui n’ouvre qu’une demi-heure avant l’arrivée du train, vous payez uniquement le trajet que vous voulez faire, et vous essayez de trouver un endroit où vous installer dans le wagon, en espérant que des gens descendent à la prochaine gare pour pouvoir vous asseoir.

 

Pour faire le trajet Ella – Haputale (environ 1H), en réservant cela nous aurait couté 3000 LKR, sans réservation cela nous a couté 175 LKR pour nous 6, soit environ 1,10 euros …

  

Ce trajet en train est réputé pour être très joli, il l’est effectivement, tout à flan de montagne, au milieu des rizières et des plantations de thé.  C’était sympa, même si dans le wagon c’était un peu ambiance RER A aux heures de pointe tellement il y avait de monde …

 

 

On est resté 3 nuits dans un hôtel un peu excentré d’Haputale, à Haldummulla, mais le bus s’arrêtait juste devant donc on a pu bouger quand même.  Le problème était plutôt que le temps était un peu bouché et qu’il pleuvait l’après midi.

 

On est allé visiter la fabrique de thé construite par Sir Thomas Lipton en 1890, ce gars  a pas mal réussi dans le commerce du thé, je crois.  Celle-ci se trouve paumée dans la montagne, entourée bien sûr de plantations, mais aussi au milieu d’un village où vivent cueilleurs et ouvriers … Le thé n’est pas une boisson très chère, autant vous dire que la pauvreté prédomine chez ceux qui sont au début de la chaine...

Quant aux installations de la fabrique, ça m’a un peu rappelé mon stage dans une fonderie au sable … on est loin en tout cas des standards occidentaux de l’agroalimentaire, mais le thé est très bon et de qualité, goûté et validé tous les jours par les ‘’managers’’ lors de séances de dégustation dignes des dégustations de grand crus de Bourgogne.

 

 

Le 21 avril, c’était férié, jour de Poya (= pleine lune), on est resté tranquille vers l’hôtel.  Il y avait une ‘’piscine naturelle’’ dans un torrent pas trop loin, on s’y serait bien baigné, mais quand Lilou y a plongé la main, elle l’a ressortie avec une sangsue !

 

On a laissé tomber et on est rentré écrire les cartes postales à l’hôtel. Activité pépère ? Pas vraiment, car un macaque est venu nous dérober les cartes et les timbres sur la table où on s’était installé !  Il s’en est suivi une course poursuite, on a fini par tout récupérer, mais le singe avait quand même mangé une des cartes !

 

 

Le lendemain, on a repris le train pour aller à Kandy.  Il n’y avait plus de places réservées disponibles, donc on l’a joué une nouvelle fois baroudeur, sauf que là le trajet a duré 6 heures !  6 heures pour faire 130 km …

 

En montant à Haputale, pas de place disponible bien entendu, mais une famille de Sri Lankais s’est tassée un peu pour permettre aux filles de s’asseoir à tour de rôle.  L’ambiance dans le train était sympa, des vendeurs passaient pour vendre samossas, boissons, cacahouètes et autres encas, ça criait comme dans les trains fantômes dans les tunnels, on a partagé gâteaux et bananes.

 

On a traversé la montagne, des plantations de thé, des rizières, des cultures maraichères, des villages, on est monté à plus de 1700 m d’altitude, on a aperçu parfois une cascade, …au bout de 3 heures des places se sont libérées, Faustine en a profité pour faire la sieste.

 

Un chouette voyage malgré le relatif inconfort, la chaleur et les bonnes odeurs de transpiration …

 

Arrivés à Kandy, le propriétaire de l’hôtel où nous avions réservé nous attendait avec son gros 4x4 climatisé, ça nous a fait presque un choc après la journée que l’on venait de passer …

 

A Kandy, il y a une relique très précieuse pour les Bouddhistes : la dent de Bouddha.

Mais la dent qui nous préoccupait était celle de Léonie, qui avait une très grosse carie à une prémolaire avec un abcès sous la dent. Bon ce n’est pas la première fois que ça lui arrive, effet secondaire de son traitement pour son asthme.

On est donc allé dans une clinique dentaire indiquée par le propriétaire de l’hôtel.  Il y avait au moins 30 personnes qui attendaient devant nous ! Ce n’était pas la seule du quartier, donc on est allé voir un peu plus loin, où on a pris un ticket et patienté.  Au bout de 2 heures d’attente, le dentiste n’avait toujours pas fait son apparition (aucun patient n’a été pris en compte), donc on est de nouveau allé voir plus loin.

On a trouvé un autre dentiste dont l’officine était à première vue peu encourageante.  Le dentiste, d’un certain âge, a été formé en Angleterre et aux USA, il nous a pris tout de suite.  Bon là, ça n’a pas été un moment très marrant pour Léonie, elle a même eu mal, mais au final sa dent morte a été retirée et son abcès soigné.

 

Pendant qu’il officiait, le Dr Wikramasuriya  a pas mal discuté avec moi, il était déjà venu en France.  Etonnamment, il était bien au fait des problèmes d’attentats, de migrants, de communautarismes qui sévissent en Europe.  Ces problèmes, ils les connaissent bien au Sri Lanka, la guerre civile n’est pas si loin, elle s’est terminée en 2009 …

 

Dimanche matin, direction donc le temple majeur de Kandy : le temple de la dent.  En fait c’est plutôt tout un ensemble de temples dont le principal abrite la fameuse relique.

 

Il y avait foule, quelques touristes occidentaux et orientaux, mais en très large majorité des sri lankais venant prier, faire des offrandes, bruler de l’encens, et encore prier.  La ferveur était impressionnante …

 

  

On est arrivé au moment d’un ‘’puja’’ (prière avec offrandes), mais la foule était telle que l’on n’a pas pu voir le fameux reliquaire.  Peu importe, ce fut un moment un peu particulier pour les agnostiques que nous sommes, dans un bien bel endroit, haut lieu du Bouddhisme Sri Lankais.

 

 

 

 

 

Pour notre dernière journée à Kandy, nous sommes allés flâner et faire quelques achats au marché et dans les rues entre celui-ci et le lac.  On ne passait pas inaperçu au milieu des étals, et quand on répondait qu’on était français, les commerçants nous répondaient avec les 3 mots de français qu’ils connaissaient.

 

 

On nous a même orienté vers un vendeur de thé et d’épices dont la grande fierté était de figurer dans le ‘’Guide du Routard’’, édition 94/95 !

 

 

 

Après-midi tranquille à l’hôtel, un peu d’école (c’est la fin des vacances de printemps),  demain on repart en bus un peu plus au nord.

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Sri Lanka